miyazawa

Comme cela arrive parfois, ce que j'ai le plus aimé dans ce livre, ce sont le titre et le dessin de couverture.

Pour les textes, je suis moins enthousiaste. Ce sont de petits contes très bien écrits, mais ils m'ont procuré la même sensation désagréable que lorsque j'ai tenté de relire Hans Christian Andersen = j'ai passé l'âge des contes de fées : non seulement je n'arrive plus à en voir la magie, mais à l'inverse je suis frappée (révulsée même) par leur violence et leur cruauté.